Vous êtes ici

Régurgitations

Les régurgitations sont des remontées passives du contenu gastrique qui est extériorisé par la bouche. Présentes chez les 2/3 tiers des nouveau-nés, elles sont habituellement le témoin d’un reflux gastro-oesophagien physiologique, par immaturité du sphincter inférieur de l’oesophage, qui va disparaitre progressivement avec l’âge (10 % des nourrisson après l’âge d’un an) (6) (tableau 1). En cas de régurgitations ou de vomissements chroniques chez le nourrisson, il faut rechercher des signes d’alerte qui imposent alors d’éliminer des diagnostics étiologiques.

Dans le cas de régurgitations simples, il faut rassurer les parents et proposer des mesures d’orthostatisme après les tétées. Rarement, la survenue de pleurs gênant l’alimentation et retentissant sur la prise de poids évoque une oesophagite et justifie un avis spécialisé si les troubles persistent malgré des pansements muqueux (gel d’hydroxyde d’aluminium, diméticone). Ne pas oublier de toujours vérifier la bonne croissance pondérale de l’enfant sur la courbe de poids.

Les régurgitations simples justifient de rechercher :

  • une absence de rots,
  • une suralimentation,
  • un forcing des parents pour terminer le biberon,
  • une erreur de reconstitution des biberons,
  • un débit tétine trop rapide,
  • une atmosphère tabagique…

Rectifications à apporter en cas de régurgitations simples :

  • maintien en position orthostatique (tête surélevée) après les repas,
  • utilisation d’un lait épaissi (tableau 2),
  • fractionnement des prises alimentaires,
  • diversification dès 4 mois...

La survenue de pleurs gênant l’alimentation et retentissant sur la prise de poids évoque une oesophagite et justifie un avis spécialisé si les troubles persistent malgré des pansements muqueux (gel d’hydroxyde d’aluminium, diméticone). Des régurgitations persistantes avec mauvaise prise de poids chez un nourrisson ayant des manifestations atopiques (eczéma, asthme) évoquent une APLV : un hydrolysat de protéines peut être proposé pendant 4 semaines, mais un avis spécialisé sera demandé en l’absence d’amélioration (7).